Interview : Vittorio Algeri "Chaves et les frères Yates sur un pied d'égalité au départ de la Vuelta"

Interview : Vittorio Algeri "Chaves et les frères Yates sur un pied d'égalité au départ de la Vuelta"

A quelques jours du départ du Tour d'Espagne 2017, Vittorio Algeri, le directeur sportif de la formation Orica-Scott s'est confié sur les ambitions de son équipe lors de la prochaine Vuelta.

 

Bonjour Vittorio, peux-tu tout d’abord nous dresser un rapide bilan du Tour de France de l’équipe Orica, êtes-vous satisfait des performances de l’équipe ?

Nous n’attendions pas grand-chose du Tour de France, sans grand sprinteur au départ, et avec un Esteban Chaves loin de sa meilleure condition. Cependant, Simon Yates a réalisé un grand résultat, en terminant 7ème du classement général à 6’14 du vainqueur. Il signe aussi des top 10 sur les étapes, et c’est donc un bon résultat dans la perspective des années à venir. Concernant Esteban, le fait qu’il soit allé au bout du Tour de France sans abandonner sera forcément utile en terme de travail en vue de la Vuelta.

Pour la Vuelta, l’équipe aura plusieurs cartes à jouer, que ce soit les frères Yates ou Esteban Chaves, est-ce un avantage ou un inconvénient pour toi d’avoir autant de leaders au départ ?

Avoir trois leaders dans une course très dure comme la Vuelta ne sera pas un problème, les prétendants au podium sont nombreux, de Froome à Aru, Nibali aussi, en passant par de nombreux autres coureurs. Nous espérons surtout bien débuter avec le chrono par équipes de Nîmes, afin de booster le moral de tout le monde. Puis jour après jour, nous verrons naturellement qui sera le leader de l’équipe.

Est-ce que les trois partent sur un pied d’égalité, ou bien y a t-il un leader désigné au départ de la Vuelta ?

Comme je l’évoquais, Chaves et les frères Yates partiront avec les mêmes chances, nous souhaitons voir Esteban exprimer en montagne tout son grand potentiel, nous verrons si Simon a récupéré des forces après la fatigue engendrée par le Tour, ainsi que si Adam sait rester avec les meilleurs en montée. Au tour de Pologne nous avons vu qu’il était dans une condition excellente. Nous avons Jack Haig aussi, un grimpeur jeune et en bonne forme. Je pense qu’à Andorre, on en saura un peu plus sur l’état de nos forces et celles de nos adversaires.

On imagine que le parcours très montagneux vous conviendra, mais quels seront les pièges à éviter selon toi pour monter sur le podium à Madrid ?

Dans les grandes courses à étapes, il est important d’être forts mais il est encore plus important d'être constants. Une mauvaise journée, et tout est perdu, que ce soit sur chute, à cause du vent, du chrono, ou de l’ascension de l’Angliru. Parfois les étapes qui semblent faciles sont piégeuses, et il faudra aussi faire très attention à la récupération, car il y aura de longs transferts, ce qui fait que l’on arrivera tard aux hôtels, et il faudra donc gérer les massages, le dîner et les heures de sommeil de manière optimale.

Pour finir, un mot sur les futurs recrues, que vont apporter Trentin et Nieve au sein de l’effectif ?

Pour l'an prochain il y a des départs et des arrivées, nous avons de nombreux bons jeunes pour les courses d'un jour, des bons coureurs pour les courses à étapes ainsi que des coureurs d'expérience. Le calendrier World Tour est très difficile, et pour avoir sur chaque compétition des coureurs en forme nous sommes en train de nous renforcer, Nieve et Trentin sont des athlètes d’expérience, et ils seront importants pour le groupe.

 

Propos recueillis par Mylène Terme

Fil actus

transferts

SONDAGE

Qui sera sacré champion du monde à Bergen ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous